Outlander et Faith

faith illus

Il y a une chose dans la série Outlander qui m’a énormément touchée, c’est la façon dont ils ont traité le sujet du deuil périnatal.
Dans la saison 2, l’héroïne Claire doit y faire face, et seule. (désolée pour les éventuels spoilers mais cette saison a plusieurs années).
Au lieu de survoler ce sujet si délicat et si tabou, ils ont décidé de le montrer, VRAIMENT. La mère, l’enfant, et cette rencontre si éphémère et si importante. ❤️
Merci à STARZ et à Netflix de ne pas avoir choisi la facilité mais d’avoir proposé avec autant de douceur, de délicatesse et de vérité, cette scène que tant de parents doivent vivre et à laquelle ils doivent survivre.
Bravo à Caitriona Balfe pour son interprétation qui a certainement du être compliquée.
Un petit pas de plus vers la lumière ⭐️⭐️⭐️

4 réflexions sur “Outlander et Faith

  1. Un dessin plein de douceur et de sensibilité , la scène de Claire et l’enfant m’a toucher en plein coeur .
    j’aime beaucoup vos illustrations sur la famille et les différents sujets de la vie.
    Bonne journée :)

  2. Exactement comme vous, j’ai découvert cette série au moment où vous écriviez ce post. Comme vous, cet épisode de la saison 2 m’a laissé sans voix et tant de pleurs. Cette scène de maman avec son bébé est d’une justesse époustouflante, et en même temps réaliste et plein de pudeur. Nous ne sommes pas dans le trop ou pas assez. Sans oublier, la suite quand elle rentre chez elle, désespérément seule pour affronter ce deuil et la culpabilité. Au 2nd visionnage quelques mois plus tard, les émotions étaient si fortes que j’en ai tiré un poème. C’est une façon que j’ai de vouloir adoucir par les rimes les moments, les événements beaux ou tragiques que l’on traverse. Le voici :

    Maman, désespérément…

    Quand, en mon sein,
    Un enfant s’invite,
    Espérance, enfin,
    Te voilà si vite.

    Te construire un monde meilleur,
    C’est la tâche que tes parents
    Font avec tant d’ardeur,
    Et t’aimer puissamment.

    Mais, je n’ai pu retenir,
    Ni toi, ni mes larmes,
    Et t’arracher à mon âme,
    Pour te laisser partir.

    Toi, mon enfant,
    Qui a quitté mes entrailles,
    A mon corps défendant,
    Te voilà, telle une petite caille.

    Je te regarde dormir,
    Attendant ton réveil,
    Tel un soleil,
    Qui éclaire ma nuit.

    Mais, blottie dans mon cœur,
    Mon dieu, quelle douleur,
    Te voilà envolée,
    Ma jolie Poupée.

    Si vous m’autorisez à utiliser votre dessin de claire pour mon recueil de poèmes, je serais ravie.
    Merci de votre attention et bravo pour votre site.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s