Journée Mondiale de la Prématurité

17 novembre : Journée Mondiale de la Prématurité

À tous ces petits êtres vaillants qui voient le jour trop tôt et qui se battent pour leur vie, à tous ces parents inquiets qui passent des jours, des semaines, des mois à l’hôpital au chevet de leur petit amour, à tous ces petits guerriers qui grandissent en couveuse ou qui déploient leurs petites ailes.

15 octobre : journée mondiale de sensibilisation au deuil périnatal


On ne sait pas toujours comment réagir face à quelqu’un qui a perdu un enfant (que ce soit en début ou fin de grossesse, à la naissance ou après la naissance).


On a si peur de dire ce qu’il ne faut pas ou de raviver la douleur qu’on préfère ne rien dire.Mais ne rien dire c’est pire.


Voici quelques pistes de messages que vous pouvez adresser à des paranges. Ce n’est pas exhaustif bien sûr. Si des paranges souhaitent la compléter ci-dessous il ne faut surtout pas hésiter.


La parole aux paranges : qu’auriez-vous aimé qu’on vous dise ou qu’aimeriez-vous toujours que l’on vous dise ?


Et vous, entourage des paranges, n’hésitez pas à les taguer ci-dessous pour leur adresser un gentil mot.


Encore bravo pour tous vos partages de la semaine, vous avez clairement contribué à la sensibilisation ! ⭐💛🤍

Semaine de sensibilisation au deuil périnatal #4

Au fil de toutes ces années pendant lesquelles vous m’avez confié vos témoignages lors de la réalisation de vos portraits de famille, j’ai été fortement sensibilisée à ce qui vous faisait souffrir.

C’est ce que j’ai tenté de retranscrire dans ma bande dessinée « L’or du soir qui tombe ».

Dans le premier extrait, Roxane s’écroule dans les bras de sa maman en lui expliquant que non, elle ne peut pas tourner la page, non elle n’a pas plein de belles choses à vivre. Ce n’est pas ce qu’elle a besoin d’entendre. Elle veut parler de son petit bébé garçon, elle veut dire son prénom, elle a besoin qu’on reconnaisse son existence, qu’on n’oublie pas.

Dans le second extrait, Charles et Roxane se rendent sur la tombe de leur petit ange pour lui annoncer la grande nouvelle : il va être grand frère ! Mais l’enfant qui arrive après l’ange ne le remplacera jamais. Il s’ajoute à cette famille qui existe déjà, il complète la fratrie.

J’espère que ces deux petites graines semées au vent de vos partages germeront dans les cœurs de ceux qui ne savent pas.

Doux baisers à vos étoiles filantes ⭐

Semaine de sensibilisation au deuil périnatal #3


Pourquoi cette sensibilisation est-elle si importante ?


Parce que les paranges sont invisibilisés par la société. Ils ont un grand besoin d’être reconnus. La meilleure preuve de cela étant l’absence totale d’un mot les désignant dans le dictionnaire. Les enfants qui n’ont plus leurs parents ont leur mot, eux : des orphelins. Pourquoi l’inverse n’existerait pas ? Que ce soit le mot « parange » ou « parent orphelin » ou autre, ce n’est pas le plus important sans doute. L’important c’est la reconnaissance de leur existence.


Leur invisibilité les amène au silence, à la solitude, à l’incompréhension et les maladresses de leur entourage…A la mort de leur enfant, s’ajoute la disparition de leur histoire. Ils ne seront plus jamais les mêmes après cela, un petit morceau de leur cœur sera pour toujours entre ciel et terre.


Un mot, une attention, un geste vers eux, cela change tout.


Visuel de 2020

Semaine de sensibilisation au deuil périnatal #2

Semaine mondiale de sensibilisation au deuil périnatal, jour 2.

Aujourd’hui je vous publie une illustration de 2019 que j’ai traduit dans les trois langues les plus parlées par vous tous qui me suivez.
Toutes les mamans n’ont pas leur enfant dans une poussette ou dans les bras. Toutes les mamanges sont des mamans.
Merci pour tous vos partages d’hier, on peut continuer si vous le voulez. C’est la semaine ou jamais. Cela peut réconforter une maman qui se sent incomprise, ou sensibiliser une personne qui n’y avait pas encore songé.
Bonne journée à tous et 💛 sur vous les paranges.

Semaine de sensibilisation au deuil périnatal #1

Vendredi c’est la journée mondiale de sensibilisation au deuil périnatal.

Toute la semaine je reposterai donc des visuels que j’ai créés au cours de ces dernières années pour contribuer à cette sensibilisation.

Continuons à briser le silence, à briser le tabou et à ouvrir enfin l’espace de parole aux paranges. Nous connaissons TOUS, que nous le sachions ou non, quelqu’un qui a perdu un enfant. Nous ne pouvons plus faire comme si cela n’existait pas et comme si il suffisait de tourner la page.

Compassion, bienveillance et écoute.

Visuel de 2016

Petite sœur envolée

Vous vous souvenez quand je vous disais en début d’année que j’étais en train d’illustrer 3 livres ? Le premier était bien sûr celui de Bertrand Gimonet, le deuxième c’était le second tome de la vie rêvée de Lily par Georgina Tuna Sorin (en cours d’impression).


Et aujourd’hui je suis très heureuse de vous présenter le troisième : Petite sœur envolée.

Une très jolie histoire pour les petits enfants, qui aborde le sujet du deuil périnatal dans la fratrie. A l’initiative d’une association de Nouvelle-Calédonie : Petites étoiles du lagon, vous trouverez de jolis décors de notre France du bout du monde 🌸


Encore un support de plus pour parler de ce sujet et le sortir du tabou ⭐


Retrouverez dès maintenant ce livre en vente sur Ulule : https://fr.ulule.com/petite-s-ur-envolee/

J’espère que ça vous plaira !